Site du Journal tout l’immobilier - hebdomadaire tous ménages (158’765 exemplaires Certifiés remp/FRP)

Nouveaux logements pour étudiants

Un immeuble aux couleurs de la Bolivie

On passait à côté du bâtiment datant des années 1960, propriété de la Fondation Patiño, sans y prêter attention. Il prend aujourd’hui toute sa valeur: une nouvelle construction aux couleurs vives révèle son architecture, en installant un dialogue avec l’ancien.

Au cœur du quartier de Rieu-Florissant, une parcelle abrite depuis les années 1960 le siège de la Fondation Simón I. Patiño. Ce bâtiment représente un bel exemple du mouvement moderne, utilisant le langage des pilotis, du plan libre et de la façade rideau en relation avec un jardin accueillant une petite piscine. Sur la rue Giovanni-Gambini, la façade est composée d’éléments de verre bleu et alterné de brise-soleil, abritant la distribution des chambres. Ce bâtiment a fait l’objet d’une mise à l’inventaire en 2014 pour ses qualités architecturales. Il abrite le siège de la Fondation Patiño, ainsi qu’une résidence pour étudiants.
La Fondation Patiño souhaitait mettre en valeur son site, dont les infrastructures étaient devenues obsolètes, et par ce biais augmenter l’offre de logements estudiantins à Genève. Un nouveau bâtiment se dresse désormais en front sur l’avenue Louis-Aubert, pouvant accueillir une centaine d’étudiants. La conception architecturale revient au Bureau Architectures Jucker SA & Patrick Schwarz; la Régie Naef a été mandatée pour louer les chambres aux étudiants, ainsi que pour la gestion de l’immeuble. 

Relecture de l’existant
En raison de l’exiguïté de la surface à disposition et de la volonté de conserver un jardin, l’architecte Fabrice Jucker a proposé un bâtiment relativement élevé et reposant sur pilotis. Cette réponse permet de libérer de l’espace au sol et d’offrir des dégagements visuels. La volumétrie oblongue - issue d’une distribution en coursives alternées - permet son insertion dans le tissu urbain. Le nouvel édifice s’écarte au maximum de la façade du bâtiment existant, comme pour le laisser respirer. L’espace de jardin est préservé. En résultent deux immeubles qui se font écho: les coursives répondent aux balcons en vis-à-vis et les forts pilotis contrastent avec les fines colonnes en série.
Sur huit étages, le bâtiment comprend 32 logements traversants de type HLM / HBM, tous destinés à des étudiants. Il intègre des coursives côté jardin et des loggias protégées côté rue. Trois typologies d’appartements sont développées: des logements de deux et quatre pièces, ainsi que des appartements de six pièces en duplex. Un ascenseur entièrement vitré offre une vue exceptionnelle sur tout le quartier. Au rez-de-chaussée, un café-restaurant s’ouvrira début 2018.

Evoquer les villes et paysages boliviens
Cette nouvelle construction est un témoignage de la Fondation Simón I. Patiño à ses origines, la Bolivie. Un pays que Fabrice Jucker a parcouru, s’inspirant d’une nature dont la lumière révèle les diverses teintes: des terres d’ocre et de nacre, parfois désertiques, dans une végétation mêlant le vert et le jaune et abritant les miroirs bleus des lagunes. Les villes, quant à elles, s’assemblent comme des mosaïques, pixellisant les couleurs les plus vives. A son retour de voyage, l’architecte réalise de nombreux essais et études de façades. Il en découle un bâtiment dont l’organisation chromatique se fait par touches verticales successives, s’estompant progressivement vers le haut, comme pour accentuer son élancement naturel. Les couleurs de la Bolivie sont toutefois «adoucies», adaptées à la lumière de nos contrées.
L’ensemble du site est aménagé selon un dessin composé de formes organiques, se déployant sous la nouvelle construction et en toiture du bâtiment existant; cette conception s’inspire des jardins du célèbre architecte-paysagiste brésilien Roberto Burle Marx. Les surfaces en ghorr alternent avec les buttes végétalisées, une bande arbustive offrant une protection face aux nuisances de la route.

Gestion locative des appartements
La particularité de cette résidence réside dans la possibilité de louer en colocation les logements de 2 à 6 pièces. Chacun d’entre eux comprend de belles chambres individuelles, ainsi que des espaces communs conviviaux (cuisine équipée, séjour et salles de bains). Le but est de favoriser un partage d’appartements le plus agréable possible, les questions d’âge et de style de vie entrant en jeu.
La Régie Naef est une habituée de ce genre de commercialisation, caractérisée par un important taux de rotation et nécessitant la mise en place de baux aux clauses spécifiques. Son rôle est de répondre à l’objectif premier de la Fondation Patiño, à savoir destiner ces appartements uniquement à des étudiants. Il s’agit également d’organiser les visites, les états des lieux, etc. Enfin, un règlement interne assure la bonne entente au sein de l’immeuble et l’intégration harmonieuse dans le cadre environnant.
Naef compte actuellement de nombreuses mises en valeur à travers le canton (350 logements environ), parmi lesquelles plusieurs quartiers résidentiels (La Chapelle à Lancy/Plan-les-Ouates, Jean-Jacques Rigaud à Chêne-Bougeries par exemple). 


Véronique Stein

Telecharger au format PDF